Les règles du théâtre

Les règles de base du théâtre et de la représentation…

Ces règles sont données dans un ordre aléatoire, elles sont d’égale importance.

Ces règles de base adoptées par l’école régionale d’art dramatique en 1990 sont présentées comme des outils dans le cadre de la formation scénique. Elles ont été élaborées par Pierre Marie Dupré, lors des travaux réalisés avec des élèves comédiens de 1984 à 1998.

Les directives du metteur en scène priment sur les règles de base.

Règle 1 :

Ne pas tourner le dos au public. Cela est toutefois possible pour les besoins de la mise en scène. Lorsqu’un comédien tourne le dos au public, il doit parler plus fort.

Règle 2 :

Parler à haute et intelligible voix. Il faut être entendu, mais aussi compris. Le public doit saisir le contenu du texte sans effort. Au plus la voix est restreinte en intensité, au plus il faudra la porter au loin. En général, un comédien sur scène parle en médium poussé (voix dans le masque).

Règle 3 :

Etre positionné au 3\4 public : si un comédien est face à un autre, au plus ils se rapprocheront du centre de scène, au moins seront-ils visibles du côté cour et jardin. Il faut donc ouvrir son « torse » au public, et il vaut mieux faire pivoter sa tête vers l’autre acteur.

Règle 4 :

Equilibrage de scène : les comédiens doivent éviter de jouer sur un côté de la scène. Il faut équilibrer au maximum en jouant, de préférence, le moins possible en arrière scène ; ne pas oublier que l’on peut construire sa fiction face au public lorsqu’il n’y a pas de décor.

Règle 5 :

Règle de « pair, impair » autrement dit, règles scéniques à appliquer avec un nombre pair ou impair de comédiens sur scène. Suite à la règle quatre, deux comédiens devront éviter de jouer en arrière scène, l’un sur l’autre. Pour les besoins scéniques, le comédien A se place côté jardin et le comédien B côté cour. Si A se déplace côté cour : s’il parle, il devra passer devant B. Si c’est le comédien B qui parle, A se rend en A’ en passant derrière B.

Pour trois comédiens A, B et C : si A et B doivent parler, ils se rapprochent. C doit alors équilibrer la scène en cour ou jardin selon le positionnement de A et B.

Règle 6 :

Les entrées et les sorties : un comédien ne doit jamais sortir de son personnage avant d’avoir entièrement regagné les coulisses (les sorties). De même qu’il ne doit jamais être vu avant son entrée sur scène. Au théâtre, on entre sur scène où on sort des coulisses. Tout dépend du metteur en scène. Il existe plusieurs entrées et sorties : les côtés jardin et cour. L’arrière scène (le lointain). Avec un décor, en central. Et selon les théâtres, de la scène même (les trappes).

Règle 7 :

Maîtrise de soi. Sérieux et concentration.

Le comédien ne doit pas, lorsqu’il cherche à faire rire  le public, être pris à son propre piège. si le public a le droit de rire en salle, le comédien doit rester concentré. Intégrer coûte que coûte dans le jeu,un fou rire libérateur ou à courte durée.

Règle 8 :

La langue. Exception faite des stéréotypes : et bien évidemment des textes spécifiques à jouer, le comédien devra improviser en bon français. Surtout s’il s’agit de combler ou d’improviser en remplissage, suite à un trou de mémoire. C’est là, un exercice qui demande beaucoup de savoir-faire. C’est la raison pour laquelle, en improvisation de cours, le comédien se doit de s’habituer à corriger ses fautes.

Règle 9 :

Différenciation du soi et du moi lors d’une interprétation scénique.

Il s’agit pour le comédien de trouver un juste équilibre entre le personnage qu’il incarne (le soi) et sa propre personnalité, hors statut de comédiens, (le moi).

Vu sous cet angle, la chose paraît simple. Pourtant, nombreux sont les comédiens qui finissent par ne plus pouvoir jouer autre chose que le même style de personnage. Les véritables questions à se poser seront donc basées sur l’échange entre le personnage à jouer et le personnage que l’on est. Le personnage ne doit pas être figé. C’est le travail de volonté et de contre volonté qu’Augusto BOAL caractérise comme étant le concept même de dynamisation.

Le concept de dynamisation : afin qu’une scène ou qu’un personnage ne soit pas fidèle à lui-même,

il faut que le comédien travaille aussi le contraire de ses émotions. Un personnage de théâtre ne peut pas être entièrement beau, gentil, avare… C’est la recherche et l’équilibre des failles, sans trahison, qui fait la richesse d’un personnage.

Le travail sur la complexité des rapports entre les différents personnages d’une scène ou d’une pièce, revient à dynamiser ces mêmes rapports, à l’aide du metteur en scène.

Le comédien travaille donc à la fois le rapport qu’il doit avoir avec son personnage, et le rapport aux autres personnages.

Règle 10 :

Fidélisation du travail de préparation et du travail de représentation.

Un travail préparé durant une période déterminée, doit être réalisé dans l’optique suivante :

Avoir entièrement répété la scène avant de la représenter.

Avoir trouvé la chute le plus rapidement possible

Sur scène, ne pas modifier le déroulement de l’histoire travaillé en répétition.

1 réaction sur “ Les règles du théâtre ”

  1. lavierevee Auteur ArticleRéponse

    Règles importantes à retenir pour tout acteur débutant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *