Stanislavki: la formation de l’acteur

On peut emprunter un manteau, des bijoux, n’importe quel objet, mais on ne peut prendre à un autre ses sentiments. On peut comprendre un rôle, sympathiser avec le personnage et se placer dans les mêmes conditions que lui afin d’agir comme il le ferait. C’est ainsi que naîtront chez l’acteur des sentiments qui seront analogues à ceux du personnage, mais qui n’appartiennent qu’à l’acteur.

N’oubliez jamais que sur scène, vous restez un acteur. Ne vous éloignez pas de vous-même. Dès que vous perdrez ce contact avec vous-même, vous cessez de vivre réellement votre rôle et à votre place apparaîtra un personnage faux et ridiculement exagéré.

Aussi nombreux que soient vos rôles, ne vous permettez jamais aucune exception à cette règle. L’enfreindre reviendrait à tuer votre personnage en le privant de l’âme vivante et réelle qui doit l’animer.

Lorsque vous êtes en scène, jouez toujours votre propre personnage, vos propres sentiments. Vous découvrirez une infinie variété de combinaisons dans les divers objectifs et les circonstances proposées que vous avez élaborés pour votre rôle, et qui se sont fondus au creuset de votre mémoire affective. C’est la meilleure et la seule vraie source de création intérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *